EUROPE : Le Parlement européen défend l’obligation d’étiquetage [nano] pour les produits alimentaires

Le Parlement européen vient de rejeter le projet de Règlement proposé par la Commission qui visait à restreindre l’obligation d’étiquetage [nano] dans l’alimentation prévu fin 2014.

Réunis en session plénière à Strasbourg, les eurodéputés ont adopté la motion de résolution (à 402 voix pour, 258 contre et 14 abstentions)1, confirmant ainsi le vote de la commission ENVI du Parlement européen (environnement, santé publique et sécurité alimentaire) du 5 février dernier.

Lire d’avantage ici.

Source: Veille Nanos

Purification de l’eau : étude d’un polymère organique et poreux très efficace

Eliminer plus de 99% de métaux lourds présents dans l’eau en 5 secondes grâce à un polymère organique poreux à faible coût, tel est le résultat présenté récemment par une équipe de l’Institute of Bioengineering and Nanotechnology (IBN [1]) d’A*STAR (Agency for Science, Technology and Research).

Eliminer les métaux lourds qui peuvent polluer l’eau lors de son passage dans les canalisations et systèmes de plomberie est une étape importante pour la consommation d’eau potable. Les concentrations de ces particules toxiques pour l’homme doivent être réduites au maximum, avec par exemple un seuil maximum de concentration de plomb dans l’eau établi à 10 parties par milliard selon l’Organisation Mondiale de la Santé.

Lire davantage ici.

Source : Bulletinselectroniques.com

Infolettre du Réseau Ne3LS, Janvier 2014/ Ne3LS Network infoletter, January 2014

L’infolettre de janvier 2014 du Réseau Ne3LS est maintenant prête. Cliquez ici pour y accéder. Bonne lecture!

 Ne3LS Network’s January 2014 newsletter is now ready. Click here to access it. Enjoy your reading!

 

Avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

L’Afsset a été saisie le 20 novembre 2007 par Oséo afin d’expertiser l’évaluation des risques liés au GRAPHISTRENGTH C100 réalisée par Arkéma dans le cadre du programme de recherche et développement « Genesis ».
Lire d’avantage ici.
Source:

La Lettre VeilleNanos n°8/9

Cette veille fait le point sur les principaux faits marquants de 2013 dans le champ des nanos.

Cliquez ici pour accéder à la veille.

Source: Veille Nanos

Bilan officiel de la 1ère année du dispositif de déclaration des « substances à l’état nanoparticulaire » en France

500 000 tonnes de nanomatériaux produits ou importés en France en 2012 ont fait l’objet d’une déclaration par des entreprises ou des laboratoires de recherche. Pour combien non déclarés ? Premiers éléments d’analyse.

Lire d’avantage d’ici.

Source : Veillenanos

Gestion des risques liés aux nanotechnologies. Une coopération Europe-Etats-Unis

Sans que l’on s’en aperçoive vraiment, les nanotechnologies et les nanomatériaux envahissent de plus en plus notre quotidien. On les retrouve un peu partout, par exemple dans les appareillages électroniques modernes, certains médicaments, produits cosmétiques et pommades, textiles, cellules solaires ou encore additifs alimentaires. Cette situation n’est pas sans poser de problèmes environnementaux, de santé et de sécurité. Ainsi, au sein de l’Europe et aux Etats-Unis, on a vu se développer des législations éparses et parfois incohérentes entre elles. Récemment, la nécessité d’une harmonisation entre les réglementations Européennes et Américaines est devenue une évidence.

Lire d’avantage ici.

Source : Bulletin-electroniques.com

Nouvelle mise à jour de l’inventaire des produits de consommation contenant des nanomatériaux par le PEN

L’inventaire des « nanoproduits » du Project on Emerging Nanotechnologies (PEN) du Woodrow Wilson Institute vient d’être mis à jour en collaboration avec le Virginia Tech Center for Sustainable Nanotechnology. Cet inventaire des produits de consommation contenant des nanomatériaux comptabilise désormais 1628 produits sur le marché mondial, dont 440 au niveau européen.

Source: AVICENN

La recherche sur le graphène au Royaume-Uni

La recherche sur le graphène fait partie des thématiques identifiées comme prioritaires au Royaume-Uni en matière de technologies émergentes. Dans ce domaine très prometteur des nanotechnologies, le Royaume-Uni compte mettre à profit sa position de leader acquise grâce à l’excellence de sa recherche académique (illustrée par l’attribution du Nobel Prix de Physique à la première équipe ayant isolé ce matériau).

Lire d’avantage ici.

Source: Bulletins-electroniques.com

Un antioxydant à la durée de vie prolongée

Les antioxydants sont des composés chimiques aux applications nombreuses et variées. Naturellement présents dans notre alimentation, au travers des fruits, des légumes, du thé ou du vin rouge, ils sont reconnus pour être bons pour la santé. De fait, les antioxydants protègent les protéines de notre corps et les acides nucléiques contre l’oxydation. Dans l’industrie, les antioxydants sont également utilisés comme additifs alimentaires permettant d’augmenter la durée de conservation des aliments. Ils sont aussi présents dans les emballages ou les roues des voitures, car ils empêchent les matériaux synthétiques de devenir friables et cassants. Enfin, dans l’industrie cosmétique, les crèmes contenants des antioxydants, sont reconnues pour leurs propriétés anti-âges.

Pourtant, quel que soit le domaine d’application, le caractère instable des antioxydants est un problème : les molécules se dégradent rapidement et présentent un pouvoir d’action particulièrement limité dans le temps. Aussi, l’équipe de chercheurs de Yiannis Deligiannakis, professeur invité à l’Institut d’ingénierie des procédés de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ), a développé un nanoantioxydant à la stabilité renforcée. Cette découverte fait l’objet d’une publication dans la revue ACS Applied Materials & Interfaces.

Le nanoantioxidant mis au point se compose d’une nanoparticule de dioxyde de silicium associée à l’acide gallique. Ce dernier est l’un des antioxydants les plus performants. Il perd cependant rapidement son effet, les molécules d’acide gallique ayant tendance à se fixer les unes aux autres, désactivant ainsi leurs actions. Les chercheurs de l’ETHZ sont toutefois parvenus à supprimer ce phénomène, en associant les molécules d’acide gallique au dioxyde de silicium. De par sa taille, plus importante que celle de l’acide gallique, le dioxyde de silicium empêche les molécules d’acide gallique d’interagir entre elles. Le nanoantioxydant ainsi formé possède l’action antioxydante remarquable de l’acide gallique et une durée de vie prolongée. Il peut ainsi être conservé plus facilement et être efficace en de plus petites quantités. En outre, il est résistant aux hautes températures, contrairement aux antioxydants classiques.

Lire d’avantage ici.

Source: Bulletin-électroniques.com